Vote de budgets sensibles à la santé reproductive : un plaidoyer à Ouagadougou

L’UNFPA, le Consortium Régional pour la Recherche en Économie Générationnelle (CREG), la Fondation Bill et Melinda Gates et d’autres acteurs de promotion de la santé sexuelle et reproductive se rencontrent du 15 au 17 décembre 2020 à Ouagadougou pour un atelier de renforcement des capacités sur la budgétisation sensible à la santé de la reproduction. L’atelier de trois jours en renforcement des capacités sur la budgétisation sensible à la santé de la reproduction rentre dans le cadre de l’appui aux pays du Partenariat de Ouagadougou pour la mobilisation des ressources domestiques destinées au financement de la santé sexuelle et reproductive.

Son objectif principal est d’assurer la prise en compte effective de la santé reproductive et la planification familiale dans les budgets national et local afin de contribuer à l’amélioration du capital humain et au développement durable.

Le Burkina « connaîtra le doublement de sa population chaque 23 ans. »

Selon Gustave Bambara, Directeur des Politiques de Population au Ministère en charge de l’Economie, représentant le Directeur Général de l’Economie et de la Planification (DGEP), le Burkina Faso, à l’instar des autres pays de l’Afrique de l’Ouest, fait face à d’énormes défis liés à la forte croissance démographique.

Avec un taux de croissance annuel moyen de 3,1 %, le pays connaîtra le doublement de sa population chaque 23 ans, a-t-il indiqué. La population du pays a été multipliée par 5 en 60 ans passant de 4,3 millions d’habitants en 1960 à 21,4 millions en 2020. Avec un taux de croissance annuel moyen de 3,1 %, le pays connaîtra le doublement de sa population chaque 23 ans, a-t-il indiqué.

Gustave Bambara a également ajouté que 48 % de la population est âgée de moins de 15 ans et plus de 6 Burkinabè sur 10 sont âgés de moins de 25 ans. « Cette jeunesse de la population entraîne une forte demande sociale à laquelle les ménages et les pouvoirs publics doivent faire face », est-il convaincu. Des moyens financiers et matériels sont alors nécessaires pour relever ces défis.

Contribuer à l’amélioration du capital humain et au développement durable

Pour accompagner les pays à relever les défis du financement efficace de la santé de la reproduction, l’UNFPA, en partenariat avec le Consortium Régional pour la Recherche en Économie Générationnelle (CREG), ainsi que l’appui financier de la Fondation Bill et Melinda Gates, a initié des actions de sensibilisation et de renforcement des capacités en plaidoyer et le leadership pour la mobilisation des ressources domestiques pour l’achat des produits contraceptifs, a fait comprendre Babaké Dominique, représentant du Coordonnateur du Consortium Régional pour la Recherche en Économie Générationnelle (CREG).

Le Burkina Faso est déjà engagé dans cette dynamique avec notamment le passage à l’échelle de la gratuité de la planification familiale dont le lancement officiel a eu lieu le 24 septembre 2020 à Banfora. Mais d’autres défis restent à relever dont la prise en compte effective de la santé reproductive et la planification familiale dans les budgets national et local afin de contribuer à l’amélioration du capital humain et au développement durable.

Nounou Kindo

Publié le 16-12-2020 dans Burkina24