Santé sexuelle en milieu scolaire : des supports remis au MENA et au ministère de la santé

Le consortium du Projet de Renforcement du Droit à la Protection Sociale et à l’Etat Civil des populations du Centre-nord, Nord et Sahel (PRODEC) a procédé, ce mercredi 18 mars 2020 à Ouagadougou, à la remise de supports de communication au Ministère en Charge de l’Education Nationale et à celui de la Santé. Le coût du matériel est évalué à 96 millions de francs CFA.

Les supports de communication remis à l’Etat ce 18 mars 2020 sont composés notamment de boites à images et d’affiches qui serviront à sensibiliser les adolescents dans les établissements secondaires, les CSPS et les communautés.

Etalé sur une période de trois ans, ce projet vise à toucher environ 900 milles adolescents (es) dans les régions du Centre-nord, du Nord et du Sahel. Sur les 900 milles jeunes visés, le PRODEC compte travailler pour qu’au moins 60% de ces adolescents soient des filles.

« Nous comptons pouvoir toucher au minimum 60% des filles. Car il est question de la planification familiale et des violences basées sur le genre. Nous pensons que les jeunes filles sont vraiment une population vulnérable. Il est important pour nous de mettre un accent afin de toucher plus les jeunes filles qui sont la première cible », a expliqué Boureihiman Ouédraogo, Directeur Exécutif de l’Association Burkinabè pour le Bien-Etre Familial (ABBEF).

Il a également ajouté que la sensibilisation se fera à travers des activités de proximité, des causeries et des activités de masse. A en croire le Coordonnateur Général du PRODEC, Sam Joseph Dabiré, le projet couvre 10 districts sanitaires, 430 établissements scolaires, 312 sites sanitaires dans 14 villages et 8 provinces.

Les défis liés à la faible demande en matière de contraception, les questions de genre et la problématique des grossesses en milieu scolaire expliquent, selon lui, le choix des trois régions retenues. Koné Sinaly, agent au service de santé-hygiène-nutrition en milieu scolaire au MENA, a remercié le consortium pour ce don qui, de son avis, « aidera vraiment à sensibiliser les adolescents ».  Il a promis, au nom de l’Etat bénéficiaire, d’en faire bon usage.

Willy SAGBE (Stagiaire)

Publie le 18-03-2020 dans Burkina 24