Santé / Près de 350 adolescents et jeunes consultés pour le VIH/SIDA et l’hépatite à Kérou

Le coordonnateur du projet de lutte contre les grossesses précoces dans les communes de Kouandé, Kérou, Matéri et Cobly de Plan international Bénin, Benoit Djangni, en clôturant les activités de la « Semaine-santé », organisé du 12 au 16 février à Kérou, s’est réjoui de la forte mobilisation des adolescents et jeunes et de l’engagement des autorités politico-administratives à divers niveaux, autour de l’activité.

Selon le point provisoire fait par la superviseure de Sian’Son Ong du projet de lutte contre les grossesses précoces dans les communes de Kouandé, Kérou, Mamatou Idrissou, près de 350 jeunes se sont faits consulter pour le VIH/SIDA et l’hépatite et près de 300 jeunes filles pour le cancer du sein. « Cette semaine de santé avait sa raison d’être au regard de la mobilisation qu’elle a connu et je vous assure que jusqu’au dernier jour les jeunes continuaient par venir s’informer et se faire consulter », a-t-elle rapporté.

« Il faut que cette activité soit pérenne pour non seulement maintenir un contact permanent avec ces jeunes mais aussi et surtout pour leur permettre de mieux s’informer sur leur sexualité », a plaidé le maire de Kérou Sabi Masso Orou Barigui, au nom des adolescents et jeunes de sa commune.

« Cette semaine de santé a été une très grande réussite et je suis très fier de l’engouement que j’ai constaté pendant les cinq jours d’activités. Je voudrais à cet effet saluer l’implication personnelle du maire de Kérou et des directeurs de CEG dans la mobilisation des jeunes, de la chef division de la santé sexuelle et de la reproduction de la DDS Atacora et du médecin – coordonnateur de la zone sanitaire des 2 KP pour la mobilisation des agents et techniciens de santé et reconnaître le dynamisme de l’équipe de Sian’Son Ong », a confié Benoit Djangni. Il a exhorté les adolescents et jeunes de la commune de Kérou à internaliser les enseignements et informations reçus et surtout à se rapprocher des équipes de leurs différents partenaires dont Sian’Son, qui sont dans leurs villages respectifs.

Au-delà des consultations médicales et psychologiques, des centaines de jeunes ont aussi pris part aux séances d’échanges, d’information et de sensibilisation et aux projections de films documentaires sur la santé sexuelle et de la reproduction.

ABP/IM/MS
Publié le 18-02-2020 dans agencebeninpresse