«Sans la transition démographique, l’Afrique n’a aucune chance»

« Pour convaincre les gens de faire moins d’enfants, il ne faut pas leur envoyer des James Bond qui distribuent des préservatifs à gogo », dit sans ambages le directeur Afrique du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP). Mabingue Ngom propose une toute autre stratégie, et il l’explique au micro de l’un de nos envoyés spéciaux au 32e sommet de l’Union Africaine.

Que répondez-vous à ceux qui disent que le planning familial, cela ne marche pas ?

Je crois que la planification familiale, c’est quelque chose d’important parce qu’elle nous permettra d’accélérer un peu la transition démographique. Sans transition démographique, l’Afrique n’a aucune chance de sortir de cette situation de pauvreté et de crise contenue qu’elle traverse.

Vous pensez à des pays sahéliens comme le Niger ?

Oui, tout à fait. Par exemple, le Niger qui est au cœur du bassin du lac Tchad et qui est affecté par des problèmes climatiques.

Je crois que le taux de fécondité est exceptionnel au Niger…

C’est exceptionnel ; c’est le plus élevé à travers le monde avec entre 6 et 7 enfants par femme.

Vous voyez donc ce que cela signifie. Un lac, donc, qui se rétrécit mais une population qui est multipliée par trois ou quatre. Donc, au bout de trois décennies, la pression humaine sur l’environnement et sur la richesse est extraordinaire. C’est pourquoi d’ailleurs il y a une augmentation de ces jeunes qui meurent dans l’océan, de ces jeunes qui meurent dans le désert mais aussi une augmentation de phénomènes assez sensibles tels que la montée du terrorisme qui n’est rien d’autre qu’une conséquence de cette demande sociale qui n’est pas satisfaite.

Alors, pour cette transition démographique, le FNUAP se bat depuis de nombreuses années avec notamment des agents venus du monde entier et pourtant, cela ne marche pas. Pourquoi ?

Les instruments n’ont pas toujours mis l’accent sur la mobilisation des acteurs et des leaders locaux. Je pense notamment aux leaders religieux. Donc, ce qui ne marche pas, c’est vraiment le fait d’essayer de trouver des solutions à des problèmes sociaux complexes, avec des méthodes que j’appelle souvent du « James Bond ». Vous venez, vous distribuez des Condoms [préservatifs] et vous repartez, et cela, sans l’adhésion des leaders.

Or, je pense qu’il faut d’abord travailler avec ces leaders. Il faut les convaincre. Il faut en faire les acteurs du changement. Lorsque ces leaders commencent à parler à leur population de la nécessité d’aller vers l’utilisation des services de planification familiale, cela demande du temps mais vous allez faire des progrès. Vous n’allez jamais faire un pas en avant et deux pas en arrière et c’est ce que nous essayons de faire aujourd’hui dans les pays comme le Niger ou au Nigeria où, il y a de cela quelques jours, l’émir de Kano est venu faire une présentation du dividende démographique devant le président [Muhammadu] Buhari.

Au Burkina Faso, c’est le Moro Naaba qui est un peu le porteur de ce chantier avec la coalition des autres leaders religieux. En Guinée-Conakry récemment, j’ai eu le plaisir de travailler sur un  chantier avec le président Alpha Condé et lors de la conversation, nous avions face à nous les communicateurs traditionnels qui ont la possibilité de faire passer des messages complexes mais de façon sensible, de sorte que les populations puissent écouter, comprendre, surtout dans une ambiance de confiance et qui fait que tout ce que vous réalisez, dans ce domaine, peut vraiment être durable.

Vous mobilisez les leaders religieux et les leaders politiques mais dans quel but ? Pour faire diminuer, par exemple, le nombre de mariages précoces, le nombre de mariages chez les jeunes filles très, très jeunes ?

J’ai découvert, récemment, quelque chose d’intéressant. En créant ce type de partenariat où vous développez des relations de confiance, vous avez la possibilité de travailler, simultanément, sur plusieurs chantiers, notamment sur la question par exemple du mariage des enfants, sur la question des grossesses précoces, sur la question des mutilations génitales féminines ou encore sur la question de l’éducation des filles.

Vous faites beaucoup mais, est-ce que, concrètement, la transition démographique a déjà commencé ou est-ce qu’elle tarde à venir ?

Je pense qu’elle a commencé. La courbe affiche, en tout cas, une pente assez intéressante mais il faut des investissements d’envergure. Nous parlons de quatre ou cinq pays autour du bassin du lac Tchad. Il faut maintenant que d’autres pays comme le Cameroun, le Nigeria rejoignent l’équipe et que nous puissions vraiment aller vers un effet « boule de neige » qui fera que nous serons capables de voir des résultats concrets, visibles, rapides. Mais je dois dire que nous parlons de variables qui ne sont pas très sensibles.

Cela prend du temps…

C’est ça. Cela prend du temps. Par exemple, le nombre d’enfants désirés, ce n’est pas quelque chose qui change du jour au lendemain. Donc cela prend du temps et il faut travailler sur les variables qui déterminent les comportements de ces sociétés. Je suis personnellement confiant que nous n’avons jamais eu une pareille opportunité où les pays, les leaders religieux, les leaders politiques, les leaders sur le plan local, où tout le monde est d’accord.

Ce qui est possible et ce dont on a besoin maintenant, c’est un accompagnement conséquent de la communauté internationale. Avec la France par exemple, dans le cadre du programme Muskoka [Fonds français qui a pour objectif de réduire la mortalité maternelle, néonatale et infantile dans dix pays d’Afrique] qui a été lancé pendant le sommet du G8, nous sommes en train de faire des choses extraordinaires. C’est d’ailleurs grâce au travail de la France que ce programme vient d’être élargi et le Danemark a rejoint le groupe.

Christophe Boisbouvier

Publié le 10-02-2019 dans RFI