Projet KOICA MALI : Une trentaine d’adolescentes et jeunes filles vulnérables, sensibilisées et formées sur la santé de la reproduction

Bamako, ce jeudi 8 novembre 2018, a eu lieu la cérémonie de clôture de l’atelier de formation d’une trentaine de filles vulnérables sur la Santé de la Reproduction et sur les techniques de plaidoyer des adolescentes des jeunes filles des communes I, II et IV du district de Bamako. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre d’une part du projet conjoint UNESCO, UNFPA et ONU Femmes « d’Autonomisation des adolescentes et des Jeunes femmes par l’Education au Mali » appelé « Projet KOICA » et d’autres des activités intersectorielles entre les secteurs Sciences et Education du bureau. Cette formation visait à renforcer et améliorer leur niveau de connaissances sur le VIH/SIDA, la contraception, les grossesses non désirées entre autres. 

Présidée par le Projet-Jeunes à travers la représentante Madame Sow Sanata Pléa, à ses côtés M. Amadou Guitteye, coordinateur Adjoint du projet KOICA, Mme. Dicko Oumou, Chargée de Programme Sciences Exactes et Naturelles du Bureau de l’UNESCO à Bamako ces jeunes ont, durant 10 jours, vu leurs connaissances améliorées sur les thématiques en matière de santé de la reproduction et sur les techniques de communications.

Dans son allocution, M. Amadou Guiteye, a situé le projet dans son contexte tout en parlant des quatre composantes du projet et de l’implication des jeunes filles et adolescentes dans la mise en œuvre du projet Conjoint. Il a saisi l’occasion pour réitérer l’engagement du projet à œuvrer pour l’autonomisation des filles et surtout des filles vulnérables et annoncé la tenue d’une autre formation avec les mêmes acteurs sur le suivi des pairs éducateurs

Mme. Dicko Oumou, a d’abord remercié les participantes pour leur implication tout au long de la formation et prodigué quelques conseils et encourager les participantes à mieux diffuser les connaissances acquises auprès des communautés en tant que pairs éducateurs afin de sensibiliser davantage sur l’éducation à la santé sexuelle et reproductive. ; le Projet-Jeunes pour la bonne réussite de l’organisation et la tenue de l’activité et les formateurs pour la qualité des modules dispensées Elle a profité pour rappeler l’importance de l’implication des étudiants de la Faculté de Médecine d’Odontostomatologie et de la Pharmacie (FMPOS) et des agents des centres de santé.

Mme Kanta Fatoumata, représentante des participantes, a au nom de toutes les participantes remercié l’UNESCO et le Projet-Jeunes pour cette initiative et que désormais en tant pairs éducateurs elles ne ménageront aucun effort pour relayer ce qu’elles ont appris durant ces dix jours et sont désormais outillées pour mieux faire entendre leur voix. Elles ressortent toutes très satisfaites de cette formation.

Cette cérémonie a été clôturée par la Représentante du Coordinateur du Projet-Jeunes, Mme Sow Sanata Pléa qui a pris la parole pour remercier sincèrement l’UNESCO pour l’appui financier et technique à cette activité. En effet elle a rappelé dans son mot que l’une des missions du Projet-Jeunes est de former le maximun de jeunes à travers le pays sur ces différents modules mais l’innovation apportée par le bureau de l’UNESCO en impliquant la FMPOS et les Agents de la santé pour les aspects techniques de ladite formation était de taille et que dorénavant le Projet-Jeunes en tiendra compte pour les formations à venir. Elle a aussi remercié les participantes pour leur assiduité et tout l’intérêt porté à cette formation et les exhorte à utiliser à bon escient les leçons apprises et a clôturé cet atelier de formation par le souhait que ce début de collaboration avec le bureau de l’UNESCO ne soit pas la dernière.

Le dernier temps fort de cette session a été marqué, par la remise des attestations de formation aux bénéficiaires qui ont exprimé toute leur reconnaissance.

Suite à cette formation, les participantes, ressortent avec une maitrisent des techniques de Plaidoyer sur les questions liées à la Santé de la Reproduction. Il faut aussi rappeler que cet atelier, a été mis en place pour faciliter l’accès aux informations en Santé de la Reproduction des Adolescentes et des Jeunes filles.

Publié le 09-11-2018 dans UNESCO