Planification familiale: Vers le passage à l’auto-injection

Le Programme National de Santé de la Mère et de l’Enfant (PNSME), en collaboration avec Jhpiego, a organisé récemment à Treichville, un atelier de validation du plan de passage à échelle du DMPA-SC en Côte d’Ivoire. L’objectif général, c’est d’adopter le document de plan de passage à échelle de cette auto-injection en Côte d’Ivoire.

« Le DMPA-SC aussi appelé Sayana Press est une contraception qui offre une opportunité d’auto-injection pour les femmes et les filles. C’est surtout une méthode moderne de courte durée de trois mois permettant à la femme d’être autonome dans ses choix», a présenté le 19 décembre dernier M. Rodrigue Ngouana Ngoufo, Directeur du projet DMPA-SC à Jhpiego.

Des neuf pays membres du Partenariat de Ouagadougou (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger et Togo) , la Côte d’Ivoire est le seul pays à ne pas disposer d’un plan d’introduction et de passage à l’échelle du DMPA-SC. Bien que la commercialisation du produit ait été autorisée et qu’un projet pilote du DMPA-SC soit déjà expérimenté à Bloléquin, Dabakala et Toumodi.

« Le rôle de Jhpiego est de soutenir le pays et de l’aider à adopter un plan. Cela va permettre au pays d’être structuré à ce niveau », a assuré M. Rodrigue Ngouana Ngoufo. Une vision soutenue par Dr Almouner Talibo, spécialiste du Programme planification familiale et sécurisation des produits de la santé de la reproduction au Fonds des Nations Unies pour la Population :  » Il fallait forcément un plan de passage à échelle pour nous dire où nous en sommes. Car des produits comme l’auto-injection (Sanaya Press) permettent l’autonomisation de la femme dans la planification familiale ».

Dr Tanoh Gnou, Directeur coordinateur du Programme National de Santé de la Mère et de l’Enfant (PNSME) : « Merci pour tout l’appui que vous nous apportez, afin que nous arrivions à vulgariser une méthode au plan national. Nous allons prendre toutes les dispositions pour suivre la traçabilité des produits », a envisagé le premier responsable du PNSME.

Isabelle Somian
Publié le 04-01-2020 dans fratmat