Le mariage précoce, la planification familiale et le rapport de capitalisation au menu

Le sous préfet de Cercle, Ibrahima Ongoïba a présidé vendredi à Barouéli, la cérémonie de présentation des supports conçus notamment les films documentaires sur le mariage précoce, la planification familiale et le rapport de capitalisation, par le programme Debbo Alafia, dans le cadre de la promotion de la santé de la reproduction et des droits reproductifs, a constaté l’AMAP.

Après cinq années de mise en œuvre du programme Debbo Alafia,  les organisations chapeaux, l’ASDAP dans la région de Ségou, le Consortium MSH–CAEB dans la région de Mopti, le consortium AEN- AMSS à Tombouctou et l’AEN dans les régions de Gao et de Ménaka, ont réalisé des films documentaires et une étude de capitalisation afin de renforcer les capacités de lutte et promouvoir la visibilité des effets et impact indus par le Programme sur les groupes cibles en matière de santé de la reproduction et droits reproductifs.

La projection des films sur le mariage précoce, la planification familiale et le rapport de capitalisation ont permis aux participants d’entendre des témoignages sur l’impact des pratiques néfastes sur les jeunes filles mariées avant l’âge requis et l’exclusion sociale de certaines d’entre elles avec des conséquences psychologiques importantes.

Les participants ont pu constater également les contributions majeures du programme notamment dans la prise en charge médicales des conséquences des pratiques néfastes, l’octroi des activités génératrices de revenus à certaines pour leur l’épanouissement tant physique que financier.

Le programme Debbo alafia, dénommé programme « Keneya ni maya hakew » en bambara a été financé par l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas durant la période 2014-2019.

La cérémonie s’est déroulée en présence des élus locaux, des responsables des services techniques, des représentants des ONGs et Associations partenaires, des leaders religieux et de la jeunesse.

JC/KM
Publié le 02-03-2020 dans Bamada.net