Le centre de conférences de Kigali fin prêt pour abriter le conclave sur la planification familiale

Le centre de conférences de Kigali est fin prêt pour l’ouverture officielle, lundi après-midi, de la Conférence Internationale sur la Planification Familiale (CIPF), a constaté dimanche une journaliste de l’APS.

La capitale rwandaise va accueillir dans moins de 24 heures la cinquième édition de la CIPF, en présence de ‘’plus de 3.000 participants’’, selon un document de presse des organisateurs. Les débats porteront sur les ‘‘expériences et réalisations’’ en matière de planification familiale.

Le ‘‘Kigali Convention Centre’’, un édifice à la forme d’une coupole, construit au milieu de grands espaces verts, va accueillir l’une des plus grandes rencontres jamais organisées sur la planification familiale.

Environ un demi-millier de jeunes venus de plusieurs pays sont déjà présents ce dimanche dans ce centre, pour discuter de ‘‘la santé sexuelle et reproductive’’, à l’occasion d’une ‘’pré-conférence’’, en attendant le conclave de lundi.

Sous l’égide de l’Alliance internationale des jeunes pour la planification familiale, créée lors de la CIPF d’Addis-Abeba (Ethiopie) en 2013, ils sont venus représenter une quarantaine d’organisations intervenant dans la planification familiale.

‘‘Les opinions et les décisions des jeunes sur la planification familiale sont cruciales pour (…) leur santé sexuelle et reproductive’’, affirme un document de presse des organisateurs de la conférence.

‘‘Trop souvent, les jeunes sont confrontés à des obstacles qui limitent leur accès aux méthodes contraceptives de leur choix’’, souligne le document, citant ‘‘les barrières structurelles, financières, politiques et éducationnelles’’ parmi les facteurs de restriction du droit à la planification familiale.

La Stratégie globale pour la santé des femmes, des enfants et des adolescents 2016-2030 et ‘‘Family Planning 2020’’ (FP2020) appellent déjà, en attendant la conférence internationale, à une ‘‘augmentation de l’utilisation de la contraception par les adolescents et les jeunes’’.

Adama Diouf Ly

Publié le 11-11-2018 dans APS