L’accès à la santé sexuelle et reproductive pour les jeunes

Solthis, en partenariat avec les ONG Lafia Matassa et Equilibres & Populations, lance officiellement la seconde phase du projet JADES « Jeunes et Adolescent(e) s en Santé ». Cette 2e phase vient à la fois consolider les acquis de la première et renforcer le plaidoyer pour les droits et la santé sexuelle et reproductive des jeunes au Niger, notamment des jeunes femmes, plus exposées à des vulnérabilités spécifiques : mariages précoces, grossesses non-désirées, infections au VIH/SIDA proportionnellement plus élevées que chez les jeunes hommes.

« Une information complète et une offre de soins adaptées en santé sexuelle et reproductive permettent aux jeunes de faire des choix éclairés pour leur santé. » A.K, Pair-Educateur

Un projet qui s’inscrit dans l’agenda international pour réduire les nouvelles infections aux VIH /IST et les grossesses non-désirées

Selon les données de l’ONUSIDA, les jeunes de 15 à 24 ans représentent 39 % de l’ensemble des nouveaux cas d’infection par le VIH parmi les personnes adultes en Afrique de l’Ouest. Une vulnérabilité plus particulièrement marquée chez les jeunes filles qui représentent près des 2/3 des nouvelles infections VIH parmi les adolescent(e) s de 15 à 19 ans.

Au Niger, près de 70 % de la population à moins de 25 ans et la prévalence du VIH/SIDA chez les jeunes est de 1 %, contre 0,7 % dans la population générale. La jeunesse représente donc un enjeu stratégique dans le cadre de la lutte contre le VIH/Sida, d’autant plus que le risque d’infection est accru par des connaissances limitées en matière d’IST/VIH, un déficit d’accès à une information de santé de qualité, de facteurs socio-culturels liés aux tabous autour de la sexualité, aux inégalités de genre, à la place limitée des jeunes au sein de la société, ainsi que d’une demande et une offre de soins en SSR (Santé Sexuelle et Reproductive) limitées et non-adaptées aux besoins des jeunes.

La première phase du projet JADES : des jeunes engagé(e) s pour leurs droits et santé sexuelle et reproductive

  • 21 689 jeunes sensibilisé(e)s grâce aux pair(e)s éducateur(rice)s depuis 2016, au Mali et Niger.
  • 67 jeunes leaders formé(e)s en pair-éducation.
  • 29 899 jeunes sensibilisé(e)s et 6 600 dépisté(e)s qui connaissent leur statut sérologique VIH
  • 198 agent(e)s de santé et 158 leaders communautaires formé(e)s sur la SSR
  • 1 661 parents d’élèves sensibilisés

« Moi aussi, on m’a sensibilisée. On m’a informée pour venir sensibiliser d’autres filles. C’est très important pour moi, car je suis sortie de l’ignorance, je sais ce que je veux, aussi, je sais comment éduquer mes enfants plus tard » A.S., Pair-éducatrice.

 « Avant, les jeunes étaient marginalisés. À travers le renforcement des capacités dans l’accueil et l’offre de soins, les jeunes ont maintenant accès à des soins de qualité, ils sont plus à l’aise, ils viennent plus aux centres de santé. Ces centres répondent davantage à leurs besoins et ont adapté leurs horaires. » A.D., Médecin

La 2e phase du projet : une approche sociale, politique et médicale

La 2e phase du projet a pour objectif de réaffirmer la capacité des jeunes à se saisir eux-mêmes de ces enjeux, tout en renforçant les systèmes de prises en charge dans les zones cibles et l’environnement social et politique.

Elle vise à lutter contre les nouvelles infections VIH/IST et les grossesses non-désirées par une stratégie multicanale, alliant à la fois : l’information et la formation des jeunes sur leur santé sexuelle et reproductive, la promotion de leurs droits en la matière, le renforcement et l’adaptation des services SSR aux besoins des jeunes dans les centres de santé partenaires du projet, et par une mobilisation sociale et politique des acteurs clés, souvent obstacles à l’accès aux soins et aux changements. Cette approche globale permettra à terme, de redonner une capacité d’action aux jeunes sur leur santé et de créer un climat favorable pour les générations à venir.

Dans la continuité de la 1ère phase, qui a mis l’accent sur la paire–éducation, le dialogue et la mobilisation communautaire, cette 2e phase vise, notamment, à construire un leadership collectif des jeunes afin d’interpeller les autorités pour faire évoluer les politiques publiques en faveur du respect des droits et de l’accès à des soins de qualité en santé sexuelle et reproductive pour les jeunes.

La 2e phase du projet JADES est financée par l’Agence Française de développement AFD et la Mairie de Paris pour 3 ans. Il est mis en œuvre par Solthis en partenariat avec Les ONGs Lafia Matassa et Equipop, en collaboration avec le Ministère de la Santé Publique au Niger et les structures de soins et communautaires offrant des services SSR au Niger. Télécharger le communiqué de Presse

Solthis

Publie le 04-02-2020 dans carenews