Education complète à la sexualité : Vers l’élaboration d’une feuille de route spécifique pour quatre pays du PO

ESC

A l’issue des travaux de réflexion, les représentants pays ont décidé d’élaborer une feuille de route personnalisée, en tenant compte de la sensibilité de chacun.

En vue d’accélérer l’agenda des programmes d’éducation complète à la sexualité (Ecs) dans l’espace du Partenariat de Ouagadougou (PO), la Société civile engagée pour la planification familiale Plus (CS4FP Plus) et IntraHealth International, en partenariat avec le Ministère ivoirien de la santé et de l’Hygiène publique a organisé à Abidjan Marcory du 13 au 16 février 2018, à Azalaï Hôtel, un atelier régional de renforcement des capacités de 4 pays membres  du PO. Le thème de cette rencontre de quatre jours qui a enregistré la participation de trois pays voisins (Niger, Mauritanie et la Guinée), en plus de la Côte d’Ivoire est « L’éducation complète à la sexualité (ESC) ».

A l’issue des travaux de réflexion, les représentants pays ont décidé d’élaborer une feuille de route personnalisée, en tenant compte de la sensibilité de chacun.

« L’approche commune d’une feuille de route serait l’idéal. Mais les pays ne sont pas au même niveau. Certains ont élaboré les programmes, mais  n’ont pas encore démarré la mise en œuvre, d’autres  n’ont pas encore fait l’analyse situationnelle. Donc ce serait très difficile d’avoir une feuille de route commune pour tous les quatre pays », a précisé Dr Kadiatou. S, Coordinatrice du projet CS4PF Plus.

Pour Dr Moctar Diallo, directeur de CS4FP Plus, (IntraHealth International) « l’ESC est une opportunité de réussite pour les filles et les garçons en milieu scolaire et non scolaire. Le concept de l’Ecs est un enjeu qui intéresse désormais tous les pays », a-t-il noté. Avant de faire remarquer qu’il y a de l’éducation sexuelle complète dans les pays, il y a l’éducation à la santé de la reproduction dans les pays, mais ceci n’était pas complet. Car il faudrait associer à cela une meilleure compréhensibilité à tout le monde.

Présentant la synthèse des travaux, Dr Ourega Marie Paula, Directrice Coordinatrice du Projet national santé scolaire et universitaire-santé des adolescents et des jeunes ( Pnssu-Saj) a expliqué que  l’objectif général de cette rencontre est de renforcer le processus d’optimisation du programme de l’ESC en Côte d’Ivoire, en Guinée, en Mauritanie et au Niger…

Cet atelier a été d’une très  grande importance parce que l’éducation sexuelle complète est un fondement de l’éducation de l’enfant. Elle lui permet de connaitre son corps, de le gérer. Ainsi, il sera responsable de tous les actes liés au sexe. L’ESC est vraiment une approche inévitable.  Tous les pays devraient s’ en approprier pour pouvoir mettre une base solide pour les enfants. », a insisté Dr Kadidiatou. Non sans déplorer « l’environnement pressant et influençant qui présente des pressions sexuelles auxquelles les jeunes ne sauraient résister s’ils  ne sont pas mieux préparés ».

Isabelle Somian

[email protected]