Dosso : Lancement de la journée mondiale de la population édition 2018


La journée mondiale de la population édition 2018 sous le thème « la planification familiale est un droit humain » a été officiellement lancée mercredi 11 juillet à Dosso par la ministre de la population Dr Amadou Aïssata Issa Maïga.

Le Gouverneur de la région de Dosso, des autorités administratives des cadres centraux et régionaux du ministère de la population, des chefs traditionnels, des marabouts et de nombreux invités de marque ont participé à la cérémonie.
Dans son discours, la ministre de la population Dr Amadou Aïssata Issa Maïga a indiqué que l’année 2018 marque le 50ème anniversaire de la Conférence Internationale des Droits de l’Homme tenue à Téhéran en 1968 qui a proclamé solennellement pour la première fois que les parents ont le droit fondamental de planifier les naissances.

Dans le même sens, la Conférence Internationale sur la Population et le Développement (CIPD) tenue au Caire en 1994 dans son Programme d’Action validé a complété en précisant que les couples doivent tenir compte des droits des enfants et des femmes et assurer leur propre responsabilité envers la société, a-telle rappelé.
Toutes ces dispositions montrent la place importante de ce choix au sein des familles tout en respectant les droits des femmes et des enfants et de tous ceux qui interviennent dans ce processus, a fait observer la Ministre de la population.
Le Niger connaît ainsi une croissance très élevée de sa population engendrée par une fécondité élevée (7,6 enfants par femme en moyenne), elle-même tributaire d’un fort taux de mariages précoces (76,3% des filles âgées de 20 à 24 ans se marient avant l’âge de 18 ans et 28% avant 15 ans), le faible recours aux méthodes contraceptives (12,2%), la scolarisation relativement faible des filles. A titre illustratif, le TBS des filles au primaire 70,2% en 2016 , au secondaire 1er cycle 24,3% en 2015 et 28,8% en 2016, au secondaire 2è cycle 4,5% en 2015 et 5,7% en 2016, relève -t-on dans le Programme de Développement Economique et Social (PDES 2017-2021).

La ministre de la population a relevé L’inadéquation entre la croissance économique et la croissance démographique -3,9 % par an qui annihile tous les efforts de développement socio-économique. Face à tous ces problèmes a-t-elle précisé, la nécessité de planifier les naissances devient une priorité.
La ministre de la population s’est longuement penchée sur les grandes actions menées par l’état et les partenaires au développement pour que chaque couple qui le désire soit capable de pratiquer la planification familiale en toute liberté, en tout lieu et à tout moment. Aussi, elle a exhorté les couples à se rendre massivement dans les centres indiqués pour une bonne pratique de la planification familiale pour une famille heureuse et une communauté épanouie.

Le représentant résident du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) au Niger M. Ismaïla M’Bengué s’est longuement appesanti sur la signification de cette journée mondiale de la population née de la « Journée des Cinq Milliards » célébrée depuis le 11 juillet 1987. La journée mondiale de la population a-t-il dit vise à attirer l’attention de l’opinion publique de part le monde sur l’urgence et l’importance des questions de population et développement. Parlant du thème de cette année, le représentant résident de l’UNFPA a indiqué qu’il tire son fondement de la Conférence Internationale sur les droits humains tenue le 13 mai 1968 qui a adopté dans le cadre de la proclamation de Téhéran  la résolution suivante « Les parents ont le droit fondamental de déterminer librement et consciemment la dimension de leur famille et l’échelonnement des naissances».

M. Ismaïla M’Bengué a ensuite abordé les résultats satisfaisants enregistrés dans le cadre de la planification familiale par le gouvernement sous le leadership du Président de la république Issoufou Mahamadou avec l’accompagnement des partenaires dont l’UNFPA avec des interventions comme les « Ecoles des Maris », «  l’initiative adolescentes dénommée Illimin », autant d’interventions dédiées à la réduction du mariage des enfants, la promotion de la santé et des droits des femmes et des filles en vue de la capture du dividende démographique. Malgré tout a-t-il fait remarquer, des efforts restent à faire. Le nouveau plan stratégique du l’UNFPA a notifié M. Ismaïla M’Bengué vise à atteindre à l’horizon 2030 trois résultats à savoir l’élimination des décès maternels évitables, l’élimination des demandes des services de planification familiale non satisfaites et l’élimination de toutes les violences basées sur le genre.

Auparavant, le gouverneur de la région de Dosso M. Moussa Ousmane s’est réjouit du choix porté sur Dosso pour abriter les activités de cette journée mondiale de la population. Dosso a-t-il rappelé a eu le privilège d’organiser en 2007 la première édition de ce même évènement au niveau régional. La délégation ministérielle a ensuite visité les stands d’exposition des produits contraceptifs.
La ministre de la population devait par la suite rendre une visite de solidarité à 11 femmes vivant avec la fistule obstétricale hospitalisées au centre de la mère et de l’enfant de Dosso. Dr Amadou Aïssata Issa Maïga a fait don à chacune de ces femmes d’un kit composé de vivre, de pagne et de produits d’hygiène. Outre les festivités, il est prévu une conférence débat sur le dividende démographique animée par l’UNFPA.

MA/CA/ANP 

Publié le 11-07-2018 dans ANP