Dividende Démographique comme « atout de développement » : Un universitaire énonce des conditions

La capture du dividende démographique peut constituer « un atout énorme » de développement, à condition qu’elle s’accompagne d’une maîtrise de la fécondité et d’un développement de l’économie du savoir, soutient le directeur de l’Institut Population, Développement et Santé de la Reproduction (IPDSR) de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, le professeur Mohamadou Sall.

« La capture du dividende démographique peut constituer un atout énorme de développement, si seulement elle s’est effectuée avec une maîtrise de la fécondité et un développement de l’économie du savoir devant permettre au stock de jeunes d’être bien formés », a-t-il déclaré.

 

Mohamadou Sall intervenait lors d’un séminaire portant sur le thème « Dialogue intergénérationnel : dividende démographique et ses conséquences ».

Outre la perspective de développer l’économie du savoir, le directeur de l’IPDSR a également souligné la nécessité d’investir sur la santé, notamment sur les maladies chroniques.

Il a de même évoqué l’exigence d’un environnement favorable au développement des affaires, pour que la capture du dividende démographique puisse impacter le développement.

Le professeur Sall a donné, à cet effet, l’exemple des ’’dragons asiatiques’’, référence aux États d’Extrême-Orient ayant atteint une forte croissance industrielle dans la deuxième moitié du XXe siècle.

« La capture du dividende démographique est comme une fenêtre qui ne s’ouvre qu’une seule fois. D’où l’intérêt de prendre la balle au rebond pour que cette problématique ne soit pas à la fin un frein au développement », a-t-il martelé.

Selon lui, une capture du dividende démographique réussie devrait avoir comme enjeu principal « une augmentation du volume des investissements, dans la mesure où la production économique va permettre une prise en charge de la population augmentée ».

Ce séminaire organisé par la fondation Konrad Adenauer (FKA), en partenariat avec le Mouvement citoyen dirigé par le professeur Penda Mbow, a réuni plusieurs universitaires, dont des économistes, sociologues, des statisticiens et des démographes.

A cette occasion, le représentant-résident de la FKA au Sénégal, Thomas Volk, a insisté sur une nécessité d’étudier cette question de la démographie de « manière positive » pour mieux en saisir les opportunités.

Il a signalé qu’au sortir de cet atelier, un rapport final sera produit et remis aux décideurs, à travers notamment les réseaux de cette fondation allemande.

Publié le 27-03-2019 ans APS