Des jeunes leaders renforcent leurs capacités en matière de techniques de plaidoyer

Des jeunes leaders, engagés dans la planification familiale, l’éducation et l’autonomisation de la jeune fille, ont bénéficié d’une session de renforcement des capacités en matière de techniques de plaidoyer.

Ils ont été instruits du vendredi 24 au samedi 25 juillet 2020 au Centre d’Accueil du Missionnaire (CAM), sis au Plateau, dans la cour de l’externat Saint Paul, sur les techniques dans le processus du plaidoyer.

Selon le formateur Aboudou Soro, cet atelier s’inscrit dans le cadre du Programme de Leadership au Sahel (PLS), un programme phare de l’Initiative OASIS. « Le plaidoyer est l’activité consistant à influencer à l’aide de leviers multiples, les lieux de pouvoir et de décision en vue d’obtenir des changements durables de politiques ou pratiques ayant un impact direct sur la santé des populations ciblées », a-t-il expliqué.

Pour la Représentante de l’Organisation pour la Santé de l‘Enfant, de la Femme et de la Famille, Khady Cissé epse Binaté, cet atelier lui a permis de partager son expérience de plaidoyer avec ses pairs et recevoir du feedback. « Nous avons appris les bonnes techniques pour influencer la prise de décision », s’est elle réjouie, à l’instar des autres participants.

Au nombre des participants figurent 10 lauréats de ce programme à savoir sept lauréats de la Côte d’Ivoire de l’édition 2020 et trois lauréats de l’édition 2019. Les lauréats de 2020 sont chargés de mener un projet de groupe qui consiste à concevoir, mettre en œuvre, et évaluer une activité axée sur le plaidoyer avec un auditoire spécifique de décideurs, a-t-on appris.

L’objectif à long terme du PLS est de renforcer l’autonomisation des femmes tout en contribuant à une baisse de la fécondité dans la région de l’Afrique de l’Ouest.

Lancé en 2015, le PLS est un programme de l’Initiative OASIS. Il découle d’un partenariat entre l’Université de Californie (États-Unis), l’Université Abdou Moumouni (Niger), l’Université de Ouagadougou (Burkina Faso), La Chaire UNESCO et le Comité permanent inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) et Venture Strategies for Health & Development.

tg/nmfa/fmo

Publié le 26-07-2020 dans Abidjan.net