Conférence Internationale: Woomb Bénin, la méthode d’ovulation Billings enseignée

femme

Après la Costa Rica, la Colombie, l’Australie et la Croatie, le Bénin abrite, pour la première fois en Afrique, la Conférence internationale Woomb. Des délégations sont venues des 5 continents pour l’enseignement de la Méthode d’ovulation Billings du 5 au 11 Mars 2020. Vendredi 06 mars 2020, la conférence a été lancée au Chant d’oiseau de Cotonou.

La planification familiale est au cœur de la Conférence Internationale Woomb au Bénin. Les avantages de la Méthode d’ovulation  Billings, méthode naturelle, simple et efficace qui consiste à l’observation de la glaie cervicale pour détecter la période d’ovulation sera enseignée tout au long de la conférence.

Créé le 09 janvier 2016, l’Ong Planning Familial Naturel par la Glaire Cervicale (PNFGC -Woomb) a pour but d’amener les femmes qui n’utilisent aucune méthode de planification des naissances à appliquer la Méthode de l’ovulation Billings pour

  • mieux connaître leur corps et gérer le nombre de naissances que le couple pourra avoir en toute conscience,
  • aider les couples hypofertiles à obtenir une grossesse,
  • aider les couples dans le choix du sexe de l’enfant,
  • apprendre aux jeunes filles à connaître leur cycle menstruel, le début et la fin de leur période de fécondité en insistant sur l’abstinence pour les filles scolarisées.

Dans son mot de bienvenue, la Présidente de l’Ong PNFGC-Woomb Bénin Laure Salmon a souligné que la Méthode d’ovulation  Billings est une opportunité pour l’Afrique. Méconnue de nombreuses personnes, elle est pourtant la seule méthode naturelle qui peut être utilisée par toutes les femmes de la puberté à la ménopause et qui indique la période de fécondité.

A son tour, le président de la Fédération Africaine d’Action Familiale a laissé entendre que les méthodes naturelles sont considérées comme archaïques et ne sont donc pas proposées aux couples. C’est pour cela que la Fédération travaille avec 24 autres en Afrique pour promouvoir la Méthode Billings.

Pour la Représentante du Ministre des Affaires Sociales et de la Microfinance, nombre de femmes n’arrivent pas, malgré les moyens déployés par le gouvernement, à maîtriser les naissances surtout dans les milieux ruraux. Ce qui affecte, selon elle, la situation économique et financière des ménages et par ricochet le développement de toute la nation.

Représentant le Ministre de la Santé, la Directrice Adjointe de Cabinet a fait comprendre que la planification familiale permet d’éviter 35% des décès maternels si au moins 60% des femmes utilisent des méthodes contraceptives. Les grossesses précoces, tardives et rapprochées sont cause de plus de 70 % des décès maternels. Seulement en Afrique à peine 24 % des femmes en âge de procréer, 2 % en milieu rural contre 9 % en milieu urbain, ont accès à une méthode de planification familiale. D’où l’importance de cette méthode qui, selon elle, va aider le gouvernement à atteindre les objectifs de développement.

B.H
Publié le 06-03-2020 dans matinlibre