Planification familiale: Un aperçu des progrès réalisés en Côte d’Ivoire


femme souriante

Les actions menées par la Côte d’Ivoire depuis 2012 ont permis d’éviter plus d’un million de grossesses non désirées et 320 000 avortements réalisés dans des conditions dangereuses.

A l’instar des pays qui ont participé au Sommet de la planification familiale à Londres en 2012, la Côte d’Ivoire a pris des engagements Family Planning 2020 (FP2020) en faveur de la promotion de la planification familiale dans le pays. Selon une étude provenant de FP2020, les derniers rapports de l’Unfpa et de l’Institut Guttmacher, des progrès ivoiriens ont été réalisés depuis lors.

Elle révèle , entre autres que, les actions menées par la Côte d’Ivoire depuis 2012 ont permis d’éviter plus d’un million de grossesses non désirées et 320 000 avortements réalisés dans des conditions dangereuses. Entre 2013 et 2015, la Côte d’Ivoire a consacré 5 milliards de francs CFA (soit 8,6 millions de dollars É. U.) à la planification familiale, ce qui représente 70 fois sa contribution de 7 millions de francs CFA (soit 120 000 dollars) de 2012.

Le nombre d’Ivoiriennes utilisant des moyens de contraception modernes a augmenté de 155 000 depuis 2012 . Près de 17% des femmes souhaitant différer ou éviter une grossesse ont recours à une méthode de contraception moderne.

Le document précise que le pays est en passe d’élargir l’accès aux services de planification familiale dans tous ses points de prestation de services. La proportion des établissements de santé ivoiriens qui proposent aujourd’hui des services de planification familiale avoisine 82 %.

En ce qui concerne les hommes et les femmes séropositifs. Des moyens de contraception sont mis également mis à la disposition des femmes et des hommes séropositifs, et des tests de dépistage du VIH sont maintenant proposés aux personnes souhaitant avoir recours à la planification familiale.

De même, le pays est en passe d’élargir l’accès aux services de planification familiale dans tous ses points de prestation de services. La proportion des établissements de santé ivoiriens qui proposent aujourd’hui des services de planification familiale avoisine 82 %.

Sans oublier que, la Côte d’Ivoire est membre du Partenariat de Ouagadougou, qui réunit les neuf pays d’Afrique de l’Ouest ayant dépassé leur objectif collectif d’étendre les services de planification familiale à un million de femmes supplémentaires, avec 1,2 million de nouvelles utilisatrices comptabilisées sur la période 2011-2015. Depuis, le Partenariat s’est fixé l’objectif plus ambitieux d’atteindre 2,2 millions d’utilisatrices supplémentaires entre 2015 et 2020.

En 2012, rappelons-le, la Côte d’Ivoire s’est engagée à « Renforcer les services communautaires et élargir d’ici 2015 la palette des modes de contraception disponibles, en veillant à garantir l’accès à des services de planification familiale dans tous les établissements de santé publics. Accroître les financements consacrés à la planification familiale, y compris à l’achat de produits contraceptifs. Intégrer la planification familiale dans sa stratégie nationale afin d’éliminer la transmission du VIH de la mère à l’enfant.

Isabelle Somian

isabelle.somian@fratmat.info

fratmat.info