Planification familiale à Bobo-Dioulasso: Formation des Agents de santé à base communautaire


Dans le cadre du Projet de Renforcement de la Planification Familiale et de la Santé Sexuelle et Reproductive (PRPF/SSR) dans la commune de Bobo-Dioulasso, s’est tenue le lundi 4 juin 2018 la première session de formation des Agents de Santé à Base Communautaire (ASBC) à la mairie de l’arrondissement n°5 de Bobo-Dioulasso.

Avec pour slogan «une famille planifiée = une famille épanouie», l’objectif du PRPF/SSR est de mieux maîtriser la planification familiale et la santé sexuelle, afin de réduire les mortalités maternelle et infantile. La planification familiale existait autrefois, mais de façon naturelle; car la femme, après l’accouchement, dormait durant deux ans avec sa belle-mère avant de rejoindre la chambre conjugale. Dans l’espace et le temps, de nos jours, les choses ont évolué et nous devons espacer les naissances au moyen de méthodes contraceptives. Selon Moussa Sanou, pour le suivi-évaluation du PRPF « il a été prévu 04 sessions de formations pour les ASBC qui sont au nombre de 100 recrutés au sein de la population de leurs zones d’interventions respectives qui couvrent 10 formations sanitaires ».

Sanou née Carama C. Chantal, surveillante d’unité de soins au Centre Médical avec Antenne chirurgicale (CMA) de Dô, a assuré la formation des ASBC. Dans les modules de formations, sont ressortis l’objectif de la planification familiale, ses avantages, les obstacles liés à sa mise en œuvre et les méthodes contraceptives. La planification familiale peut permettre de lutter contre les mortalités maternelle et infantile qui constituent un problème de santé publique. Des études ont démontré qu’elle contribue à éviter des décès maternels et néonatals à hauteur de 30%. La fréquence des mortalités maternelle et infantile est dûe au fait que la prise de décisions n’appartient pas aux femmes, alors que les accès aux formations sanitaire et aux soins sont également des difficultés non-négligeables. L’avantage est que la PF permet aux femmes de se reposer, de mener à bien leur activité, et d’éviter les grossesses non-désirés; elle permet aussi aux hommes d’économiser, et réussir mieux à prendre les enfants en charge; elle permet encore aux enfants d’être en meilleure santé et d’être plus éveillés. La religion, la polygamie, les coutumes et les traditions sont souvent des obstacles à la planification familiale. Les méthodes contraceptives sont les pilules, les produits injectables, les implants, le collier, les préservatifs masculins et féminins. Les ASBC assurent que certaines personnes sont réticentes à la PF. La formatrice les invite alors à persévérer dans la sensibilisation, à mieux collaborer et à dialoguer. Ce sont des moyens permettant de mieux se comprendre. La formatrice conseille donc aux ASBS de bien expliquer les avantages et inconvénients des méthodes de contraception dans leurs zones d’interventions respectives. Les ASBC ont apprécié le bien-fondé et la pertinence de la formation. Ils se disent armés pour mener à bien les dites activités de sensibilisation.

Aminata DIARRA (stagiaire)

Publié le 05-06-2018 dans l’express du faso