Des médecins et sages-femmes renforcent leurs capacités en technologie contraceptive


Produits-contraceptifs-Planification-familiale-PF-768x512-768x480

Abidjan – L’ONG américaine Pathfinder a initié un programme de formation à l’intention d’une quarantaine de prestataires de santé des districts d’Agboville, d’Adzopé et d’Akoupé, en vue de renforcer leurs connaissances en technologie contraceptive.

Cinq médecins dont un gynécologue et 36 sages-femmes, issus de 18 établissements sanitaires de divers niveaux (CHR, hôpitaux généraux, centres de santé urbains, centres de santé ruraux), participent à cette formation dont le but est d’outiller ces prestataires de sorte qu’ils soient capables d’offrir des services de planification familiale de qualité.La stratégie relative à l’offre des services de planification familiale note une insuffisance d’agents de santé formés en technologie contraceptive dans la région sanitaire de l’Agnéby-Tiassa-Mé, signale-t-on.

Le programme de formation est exécuté en deux sessions (à raison d’une vingtaine d’apprenants/session). La première s’est tenue du 12 au 17 février. La deuxième, ouverte lundi, prend fin samedi.

Au cours des différentes sessions, tenues dans les locaux de l’AIBEF sis à Treichville (Abidjan), les auditeurs reçoivent sur quatre jours une formation théorique suivie d’une mise en situation pendant deux jours dans des structures sanitaires d’Abidjan.

Les différentes méthodes de contraception disponibles en Côte d’Ivoire leur sont notamment présentées. Ils apprennent également les différentes prescriptions, les éventuels effets secondaires, les moyens de gérer ces effets ainsi que le mode de suivi d’une patiente mise sous contraceptif.

Le programme de formation prévoit également un accompagnement, d’au moins deux jours, des apprenants une fois de retour à leur poste habituel de travail.

L’ONG Pathfinder International est partenaire du gouvernement ivoirien dans la mise en œuvre de sa politique de lutte contre la mortalité maternelle, néonatale et infantile à travers notamment la promotion de la planification familiale.

Elle soutient ainsi financièrement, entre autres, le plan national 2015-2020 décliné par les autorités ivoiriennes pour accroître le recours aux services de planification, en vue d’atteindre, à l’échéance fixée, 36% de taux de prévalence contraceptive des méthodes modernes.

Selon les résultats de l’enquête démographique et de santé réalisés et 2012, le taux de prévalence contraceptive est de 14% alors que le taux des besoins non satisfaits s’élève à 27%.

(AIP)

kg/kam