Lutte contre la mortalité maternelle et infanto juvénile : le Partenariat de Ouagadougou accompagne le Sénégal


La députée Mously Diakhaté, coordonnatrice du réseau Population et développement de l’Assemblée Nationale a présidé, le 10 Avril une rencontre entre des députés sénégalais et les représentants du Partenariat de Ouagadougou. L’objectif : intensifier la lutte contre la mortalité maternelle et infanto-juvénile et promouvoir la planification familiale.

C’est par le Sénégal que les bailleurs de fonds du Partenariat de Ouagadougou ont début leur caravane qui va les conduire en Guinée et en Mauritanie. Ces trois Etats sont, avec le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger et le Togo, les 9 pays francophones d’Afrique de l’Ouest du Partenariat de Ouagadougou.

« Nous recevions aujourd’hui le Partenariat de Ouagadougou qui, comme vous le savez, est composé de neuf pays francophone de l’Afrique de l’Ouest dont le Sénégal, pour lutter contre la mortalité néonatale et infanto-juvénile et faire la promotion de la planification familiale. Ce phénomène est dû à de nombreuses causes comme les mariages précoces, l’excision, les grossesses précoces entre autres. Nous préparons une caravane au Sénégal, en Guinée et en Mauritanie », a déclaré Mously Diakhaté, coordonnatrice du réseau Population et développement de l’Assemblée nationale du Sénégal.

La présente et quatrième caravane des bailleurs de fonds du Partenariat de Ouagadougou se déroule cette année au Sénégal, en Guinée et en Mauritanie. L’étape réservée à notre pays, qui a démarré le lundi 9 avril, va se poursuivre jusqu’au 12 du mois en cours.

Publié le 11-04-2018 dans  senenews.com