Etude de cas: Planification Familiale, Sénégal


enfants

La meilleure manière d’expliquer l’importance de la planification familiale consiste peut-être à dire qu’en atteignant cet Objectif de développement, on augmente la probabilité d’atteindre la quasi-totalité des autres Objectifs de développement durable.

La pauvreté. La mortalité maternelle. La mortalité infantile. L’éducation. L’égalité entre les sexes. Tous ces facteurs s’améliorent quand les femmes peuvent planifier leurs grossesses de manière à être physiquement et économiquement prêtes à avoir un enfant.

Mais les normes sociales qui régissent la vie sexuelle et familiale sont puissantes. Nombreux sont les pays où les familles n’ont généralement pas recours à la planification familiale, et leur offrir des choix est non seulement un travail technique (obtenir des financements supplémentaires, concevoir de nouveaux produits, réparer les systèmes déficients), mais aussi un travail profondément culturel.

Malgré ces défis, de nombreux pays en développement ont commencé à prioriser la planification familiale car ils ont pris conscience de son impact. Ces dernières années, plus de 40 pays ont lancé des programmes rigoureux de planification familiale.

Nous avons demandé à deux personnes qui ont contribué de manière significative au succès de l’un des programmes de planification familiale les plus emblématiques, celui du Sénégal, de nous faire part de leur expérience. Fatimata Sy est directrice de l’unité de coordination du Partenariat de Ouagadougou, une alliance de neuf pays ouest-africains francophones engagés à fournir des services de planification familiale à davantage de femmes dans la région. Moussé Fall, imam et fondateur du Réseau islam et population, aide ses confrères imams à réconcilier planification familiale et théologie.

Ensemble, ils démontrent l’ampleur et la profondeur du travail requis pour s’assurer que toutes les familles pourront prendre les décisions qui leur permettront de s’épanouir pleinement.

Lire tout l’article sur globalgoal.org

Par Bill et Melinda Gates